Les lumières du design pop

0

Souvent, les grandes tendances du design à travers l’histoire sont des reflets de l’évolution de la société ; ils accompagnent alors les courants artistiques et s’imprègnent des mouvements culturels. La culture pop connaît ses balbutiements à la toute fin des années 50 et perdure durant deux décennies, laissant derrière elle une société sans doute trop morose, classique à n’en point douter. Le pop art prend donc ses sources dans un monde populaire afin de rompre clairement avec les élites et l’art de salon. La culture pop s’empare alors des Beaux-Arts comme des Arts appliqués et colore le monde de la peinture, de la musique, de la mode ou encore du design… Une révolution culturelle qui laisse encore de belles paillettes et des reflets irisés sur notre société d’aujourd’hui. L’univers de la décoration d’intérieur et du design d’objet, notamment du luminaire, en a été profondément bouleversé, ainsi qu’en peuvent témoigner d’iconiques lampes design toujours rééditées aujourd’hui. État d’esprit avant tout, le pop n’est figé ni dans son temps ni dans quelconque académisme, il continue de faire frémir les designers actuels, soucieux d’apporter gaieté, punch et glamour à notre environnement quotidien.

Dans les années 60, les designers rivalisent de créativité pour sortir des sentiers battus, les lignes s’arrondissent et les couleurs vives s’affichent avec fierté. Les lampes adoptent des profils visionnaires et futuristes qui évoquent l’exubérance de la nature ou encore la conquête de l’espace, présente dans l’imaginaire collectif à l’époque. Gae Aulenti crée l’évènement en 1965 avec la lampe Pipistrello et son diffuseur de plastique qui rappelle les ailes déployées de la chauve-souris. Toujours éditée aujourd’hui par Martinelli Luce, la pipistrelle connaît un succès qui ne s’est jamais démenti au fil des ans. Emblématique également, la lampe Nesso Artemide, imaginée en 1965 par Giancarlo Mattioli et Gruppo Architetti Urbanisti Città Nuova, va connaître une carrière internationale et plante le décor dans de nombreux films des années 70 ; tout comme la lampe Cobra et son diffuseur orientable. En 1968 Sergio Asti livre sa vision gourmande du luminaire avec Profiterole, une coupe de fibre de verre transparente aux reliefs luminescents qui rappellent les célèbres choux à la crème nappés de chocolat fondu. Elmetto d’Elio Martinelli, Dalu et Eclisse de Vico Magistretti ou encore Flower Pot de Verner Panton rejoignent le club des idoles des années 60 et 70, séduisant encore de nos jours un public en quête d’authentique et de design vintage.

La culture pop a fait long feu et notre design contemporain garde les traces de sa flamboyance dans son ADN. Source d’inspiration ou réinterprétation des standards, de nombreux designers remettent le pop au goût du jour dans tout ce qu’il contient d’extravagance, d’irrévérence et de joie non simulée. La fantaisie semble connaître son retour en grâce et investit de nouveau le champ du luminaire contemporain, ce qui est, à coup sûr, une bonne nouvelle. Le britannique Tom Dixon mise sur le 100% glamour seventies avec la suspension Copper Shade ou encore le lampadaire Mirror Tripod. La marque allemande lance en orbite un étrange satellite lumineux prénommé Orion, tandis que Kartell rend hommage, comme toujours, au plastique coloré avec Toobe.  Avec Kapow, Dents ou Beads de chez Innermost, on ne se refuse vraiment rien, le luminaire devient scénique, captivant l’assemblée, somptueux, majestueux, sainement provocateur et détonnant.

Partage

A propos de l'auteur

Laisser un message